Chapitre 6 : Comment effectue-t-on une transaction et qu’est-ce qu’un portefeuille ?

Il est relativement simple d’effectuer une transaction en cryptomonnaie, les transactions sont de plusieurs types :

  • Vous pouvez acheter et vendre vos cryptomonnaies par le biais d’exchanges (Binance, Bittrex, KuCoin) ou de courtiers (Coinbase)
  • Vous pouvez acheter et vendre certaines cryptomonnaies à un distributeur automatique de Bitcoin. En France, il n’en existe pas encore.
  • Vous pouvez utiliser vos cryptomonnaies (principalement le Bitcoin) pour acheter des biens et des services auprès de certains détaillants en ligne ainsi que dans certains magasins.
  • Vous avez un e-commerce et vous pouvez vendre vos propres biens ou services contre des Bitcoins.
  • Vous pouvez miner une cryptomonnaie afin d’en gagner des pièces.

Si l’on considère une transaction en Bitcoin, voici comment cela fonctionne d’une manière très simplifiée :

  • A (l’acheteur) veut acheter un Bitcoin à B (le vendeur)
  • A dit à B combien de pièces il veut
  • B dit à A combien cela va lui coûter, en incluant les éventuels frais
  • A donne à B la clé publique de son portefeuille. Il s’agit d’un code de 256 bits (un code binaire composé d’une suite de 1 et de 0) avec un code supplémentaire de 160 bits à la fin qui correspond à l’adresse du portefeuille. (Si vous n’êtes pas un geek, vous n’avez problablement rien compris, mais ce n’est pas grave)
  • B doit utiliser sa clé privée (un code alphanumérique généré de manière aléatoire, mathématiquement lié à l’adresse de son portefeuille Bitcoin et lié à ses Bitcoins en particulier) afin d’indiquer au réseau qu’il souhaite vendre des Bitcoins
  • Toutes les informations sont téléchargées sur le réseau
  • La transaction est vérifiée par les mineurs travaillant sur le réseau
  • L’acheteur et le vendeur reçoivent tous deux une notification indiquant que la transaction a été vérifiée
  • La transaction devient une partie d’un bloc et elle est ajoutée au grand livre public

Bien entendu, ces étapes sont plus ou moins transparentes selon comment vous l’utilisez. Au Japon par exemple, il vous suffit de rapprocher votre téléphone près d’une borne spécifiquement prévu pour payer le commercant en Bitcoin par exemple.

Voici à quoi ressemble une adresse bitcoin : 1Js1s4b7UPNg2ZY7dUrvThFe32vNsRhzFh

Peu de chance de la mémoriser, la plupart des transactions se font via un QR code ou en faisant un copier/coller sur ordinateur

Si vous voulez acheter du Bitcoin ou d’autres cryptomonnaies, le meilleur moyen est d’avoir recours à un exchange ou d’utiliser un distributeur automatique de Bitcoins. Bien qu’il existe de nombreux exchanges en ligne, la plupart des gens optent pour Coinbase, un service connu pour sa bonne réputation ainsi que les niveaux d’assurance qu’il propose. Coinbase ne se concentre que sur quelques cryptomonnaies et accepte l’argent fiduciaire comme moyen de paiement. Coinbase utilise une vérification en deux étapes et il vous faudra par ailleurs fournir une preuve de votre identité lors de votre inscription. Avant de pouvoir acheter des pièces, vous devez vous inscrire sur le site. Cette procédure est simple puisqu’il suffit de suivre les quelques étapes indiquées sur le site web. En général, votre compte est validé en quelques dizaines de minutes.

Il existe de nombreux exchanges de cryptomonnaie. Certains vous permettront de régler en argent fiduciaire, tandis que d’autres ne permettent que les transactions de cryptomonnaie à cryptomonnaie. Une fois que vous aurez décidé quelle cryptomonnaie acheter, vous devrez faire des recherches sur les exchanges qui proposent cette devise. Il est également d’une importance vitale que vous vérifiez la crédibilité des exchanges avant de procéder à toute transaction. Vous trouverez à la fin de cette livre quelques bonnes adresses utiles pour commencer sereinement.

Portefeuille numérique

Bien entendu, vous ne pouvez pas (encore) stocker vos cryptomonnaies dans votre compte en banque. Il est nécessaire de les stocker quelque part, et il existe plusieurs solutions plus ou moins sécurisées pour faire cela, on appelle un portefeuille numérique (un « wallet »).

Le portefeuille numérique ne contient pas directement la cryptomonnaie : ce qu’il contient, ce sont des clés publiques (afin de de recevoir des transactions) et des clés privées (afin de pouvoir en envoyer). Ces clés permettent d’interroger la blockchain afin de savoir ce qui vous appartient. Pour l’analogie, c’est comme si vous étiez dans une chambre forte avec des millions de coffres fermés, et, dès que vous sortez une clé de votre poche, les différents coffres s’ouvrent directement. Bon c’est un peu plus compliqué que cela en vrai, mais vous avez compris le principe.

Avec les cryptomonnaies, VOUS êtes la banque ! Vous êtes le seul maitre pour gérer vos pièces. C’est donc une très grande responsabilité et vous devez en être pleinement conscient afin de limiter les risques. C’est en effet actuellement un inconvénient majeur dans l’utilisation et le stockage des cryptomonnaies : il n’y a pas de solution très facile à utiliser et d’infailliable. Mais je suis persuadé que dans les prochaines années des services vont émaner afin que cela soit aussi simple d’utilisation qu’une carte de crédit.

Comme indiqué précédemment, votre portefeuille contient une clé privée ainsi qu’une clé publique. La clé privée est nécessaire pour envoyer ou vendre votre cryptomonnaie, car elle constitue un lien direct vers celle-ci. Sans cette clé, vous ne pourrez jamais utiliser votre cryptomonnaie : elle sera définitivement perdue. Votre clé publique est nécessaire si vous souhaitez ajouter une transaction à votre portefeuille. Votre clé privée de votre cryptomonnaie est un peu comme le système des bons au porteur des actions. Celui qui a les bons possède ces actions.

A noter que les portefeuilles de cryptomonnaie sont pour la plupart spécifiques à la devise : si vous avez plusieurs devises, il vous fera donc plusieurs portefeuilles. Certains portefeuilles peuvent prendre en charge plus d’une devise, mais il vous faudra penser à vous en assurer.

Vous pouvez conserver votre cryptomonnaie dans l’exchange où vous l’avez acheté. Cependant, ce n’est pas recommandé, car vous en perdriez ainsi le contrôle. Les données de votre cryptomonnaie seraient en ligne et elles pourraient donc être piratées.

C’est assez fréquent que des exchanges soit piraté ou compromis. C’est déjà arrivé par le passé et il n’y pas de raison que cela n’arrive pas dans le futur. Il vous faut donc exercer un contrôle total sur votre portefeuille de cryptomonnaies : il existe pour cela différentes méthodes.

Ces différents portefeuilles sont qualifiés de « stockage à chaud », car vos données sont conservées en ligne et peuvent donc être piratées. L’autre méthode préférable est appelée « stockage à froid ». En effet, les portefeuilles de stockage à froid constituent des moyens de garder vos données hors ligne à l’abri des pirates informatiques. J’ai également inclus un troisième type, baptisé stockage de type semi-froid.

Options de stockage

  • Stockage à chaud (« hot wallet »). Il inclut : les bases de données en ligne, les échanges, les PC, les ordinateurs portables, les tablettes et les smartphones
  • Stockage de type semi-froid (« hardware wallet »). Il inclut : les portefeuilles matériels numériques, les ordinateurs portables dédiés, les disques durs externes
  • Stockage à froid (« cold wallet »).. Il inclut : les portefeuilles papier et les portefeuilles de type brain wallet

Portefeuilles de stockage à chaud.

Pour commencer, jetons un coup d’œil aux options de stockage à chaud. Tous les appareils sur lesquels un logiciel de portefeuille peut être téléchargé et qui restent connectés de manière permanente ou régulière à Internet sont qualifiés d’options de stockage à chaud.

Comme je l’ai déjà mentionné, le problème est que vos données et votre cryptomonnaie restent exposées au piratage ou au vol. Lors de l’achat initial d’une cryptomonnaie, il est souvent inévitable d’utiliser un portefeuille de stockage à chaud afin d’effectuer la transaction. Cependant, il serait sage de la transférer dans un portefeuille de stockage à froid dès que possible. Si vous devez laisser votre monnaie dans un exchange pendant une durée quelconque, tentez d’avoir recours à un exchange qui fournit des installations de stockage à froid. Les exchanges sont exposés au piratage en permanence : ils constituent une cible de choix pour les criminels désireux de mettre la main sur l’argent qu’ils détiennent.

Vos informations de connexions à cet exchange doivent être sécurisées, dans l’absolu, avoir un e-mail et un mot de passe spécifique par exchange. Les exchanges sérieux offrent une protection en plus : le code 2FA, le code « Two factor authentification ». C’est un code qui est envoyé par SMS, par email ou via une application spécifique afin d’accroitre la sécurité. Voler vos identifiants est possible, voler en même temps votre téléphone est plus compliqué. Je ne peux que vous conseiller d’activer cette option dès que vous inscrivez quelque part.

En plus des risques de piratage encourus par vos portefeuilles de stockage à chaud, si vos données sont conservées sur un PC, un ordinateur portable ou un téléphone, sachez qu’elles peuvent également être exposées à d’autres risques, tels que la corruption de données, les virus, les surtensions, le vol, les pertes et les dommages.

Portefeuilles de type semi-froid.

Ce type de stockage est un meilleur compromis et il vous fournira une meilleure protection contre les pirates informatiques. Il implique l’utilisation d’un périphérique sur lequel vous pourrez conserver les données liées à vos transactions de cryptomonnaies qui ne se connecte à Internet qu’au moment d’effectuer une transaction. Ils incluent :

  • Les portefeuilles matériels numériques spécialisés ou « hardware wallet » (comme le Ledger Nano ou encore le Trezor pour ne citer que les plus connus) sont de petits appareils qui se connectent à votre PC ou ordinateur portable via une connexion USB. Ils peuvent être simplement achetés dans les magasins d’informatique, sur Amazon ou auprès d’autres détaillants en ligne.
  • Un ordinateur portable dédié où vous pouvez conserver de manière exclusive différents portefeuilles de devises et qui, comme les portefeuilles matériels numériques, ne se connecte à Internet qu’au moment où vous voulez effectuer une transaction.
  • Un disque dur externe dédié peut également être utilisé à cette fin.

Cependant, certains problèmes persistent avec tous les portefeuilles de stockage de type semi-froid. Un ordinateur ou un disque dur pourraient malgré tout être piratés lorsque vous vous connectez à Internet. Ils pourraient également être exposé à la corruption de données, à des dommages, au vol, à la perte ainsi qu’aux surtensions.

Les hardware wallets sont les plus efficaces : ils sont petits (de la taille d’une clé USB) et beaucoup plus sécurisé qu’un ordinateur portable. Le « Ledger Nano S » est devenu le portefeuille le plus utilisé. C’est une société française qui le produit. Ils sont concus pour ne pas exposer la clé privée lors de la transaction : la transaction est confirmée uniquement via le ledger, ce qui apporte une sécurité accrue.

De plus, même si vous perdiez physiquement le ledger ou qu’elle est détruite dans un accident, vous ne perdriez pas vos monnaies ! Un système de « pass phrase », une liste de plusieurs dizaines de mots vous permet de régénerer vos adresses pour accéder de nouveaux à vos monnaies sur un nouveau hardware wallet. Il faut pour cela conservez precieusement cette liste de mot quelque part : dans un coffre de banque, chez un notaire ou plus simplement dans un autre endroit où vous vivez et où vous avez confiance (une lettre chez un membre de votre famille par exemple).

Le cout d’un Hardware wallet est d’environ une centaine d’euros. Faible investissement au vu de la sécurité qu’il procure.

Portefeuilles de stockage à froid.

Ces portefeuilles à l’ancienne dépendent de vous, puisqu’il vous faudra mémoriser, noter ou imprimer vos informations. Comme tous les autres portefeuilles, les portefeuilles de stockage à froid sont utilisés pour enregistrer vos clés privées et publiques. En raison du niveau de sécurité exigé, celles-ci doivent être longues et complexes. Observons de plus près les différentes options.

  • Portefeuilles papier ou « Paper Wallets ». Ils sont ce à quoi vous pouvez vous attendre : il s’agit de morceaux de papiers portant vos clés publiques et privées. Extrêmement simples, il vous suffit d’écrire ou d’imprimer vos informations. Cependant, soyez averti que si ces informations sont perdues, endommagées ou volées, vous aurez perdu votre cryptomonnaie pour toujours !

Un grand nombre de cryptomonnaies intègrent un logiciel que vous pouvez utiliser pour créer vos propres portefeuilles papier. Ils contiennent toutes les informations dans un format scannable via un QR code. Saisir vos clés à l’ordinateur n’est pas une bonne idée, car la moindre erreur de chiffre pourrait constituer une erreur très coûteuse.

Il est recommandé de ne pas imprimer ce portefeuille sur un morceau de papier ordinaire. Achetez un papier spécialisé à la fois indéchirable et imperméable. Vous aurez besoin d’une imprimante laser couleur pour imprimer votre portefeuille. Ensuite, il vous suffira de le conserver dans un endroit particulièrement sûr ! Les portefeuilles papier sont réellement semblables à des obligations au porteur, ce qui signifie que les personnes qui les détiennent peuvent les utiliser afin d’avoir accès à la cryptomonnaie concernée. Le plus grand avantage des portefeuilles papier, c’est qu’ils ne sont jamais en ligne. Ils ne sont donc jamais exposés aux pirates et ne peuvent donc pas être corrompus. Cependant, ils peuvent malgré tout être endommagés, perdus ou volés.

C’est une méthode très sécurisée, mais la sécurité depend de vous, alors reflechissez bien si vous optez pour cette méthode.

  • Portefeuilles cérébraux ou « Brain Wallets ». Semblables aux portefeuilles papier, leur nom de « portefeuille cérébral » est plutôt explicite. Un brain wallet est une méthode consistant à apprendre un code d’accès, généralement sous la forme d’une liste de mots aléatoires à mémoriser (plusieurs dizaines). Cette liste de mots vous permet ensuite d’accéder aux clés de votre portefeuille de cryptomonnaie. L’idée consiste à se souvenir de cette liste sans l’écrire, afin qu’il soit pratiquement impossible à quiconque d’accéder aux informations. L’inconvénient majeur de cette technique est bien sûr la possibilité d’un oubli : personnellement, au vu de ma mémoire, le brain wallet ne serait certainement pas mon premier choix !

Au bout du compte, c’est à vous qu’il appartient de choisir votre type de portefeuille. Il vous faut réfléchir sérieusement au nombre de devises que vous voudrez conserver, à leur durée de conservation ainsi qu’aux éventuels problèmes de sécurité qui pourraient vous rendre particulièrement vulnérable. La sécurité de vos devises dépend grandement de votre choix de portefeuille.